18 janvier 2009

Otis

J'ai un petit bouquin que je feuillette de temps en temps : Les Miscellanées de Mr Schott. C'est idéal pour mettre dans les WC. Sauf peut être pour un constipé.

On y trouve toutes sortes de choses inutiles mais intéressantes. Aussi bien les 12 travaux d'Hercule, que le calcul des tailles des bonnets de soutien gorge, les 10 plaies d'Egypte ou Je t'aime traduit en 43 langues. Ngiyakuthanda en Zoulou.

Et je suis tombé, mais en douceur, sur l'ultime phrase prononcée par Oscar Wilde : ou ce papier peint disparaît ou c'est moi.

Et ça me tue. Si j'ose dire. Car si on peut considérer que j'ai le sens de l'humour ou de la dérision ou de la moquerie ou un mélange des trois c'est ce que je perds en premier dès que je suis fatigué, malade ou de mauvaise humeur. Et je ne crois pas qu'à l'article de la mort j'aurais la force pour une dernière pirouette.

C'est en le feuilletant que j'ai appris qu'Otis Reding était mort à l'âge de 26 ans en 1967.  On m'aurait demandé, Otis Reding il est mort  quand à peu près à ton avis ? Ah bon il est mort j'aurais répondu, persuadé qu'il avait dans les 70 ans et qu'il chantait encore il y peu. Prouvant ainsi l'immensité de mon inculture.

Posté par jaen_pierre à 20:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Otis

Nouveau commentaire